Pierre Michel JEAN

Photojournalist, Documentary photographer, and filmmaker. CEO
       
Pick up money
Location: Port-au-Prince
Nationality: Haitian
Biography: Pierre Michel Jean, Photographe et réalisateur Pierre Michel vit et travaille à Port-au-Prince comme journaliste indépendant et cinéaste. Membre fondateur et actif du collectif de journalistes haïtiens (Kolektif... read on
Public Story
Pick up money
Copyright pierre michel jean 2021
Updated 09/19/16
Squattant les bâtisses à l’abandon et les terrains vacants de ce Port-au-Prince chaotique méconnaissable, les « ramasseurs de pots » en marge de toute considération des systèmes sociaux vivent et travaillent dans des conditions infra-humaines. Double vie pour la plupart, maçons, lessiveuses, commerçants (es), l'ascenseur social haitien, déjà dysfonctionnel, à ce stade s'enraye tout simplement. En haillons, les mains crasseuses, c’est avec le sourire qu’ils me refusent la paume et me donnent volontiers l’avant-bras en guise de salutation. En vérité, le travail qu’effectuent ces « ramasseurs de pots » n’est pas aussi banal que les slogans des programmes de recyclages, comme « Ramase Lajan », veulent bien le faire croire. Le ramassage des récipients en plastique n’est simplement que la partie visible du long processus de travail de ces valeureux ouvriers. Une fois ramassés, les « pots » doivent être triés et assemblés par couleur, les étiquettes et les bouchons enlevés pour qu’enfin les bouteilles soient aplaties et mises en sac pour la vente. Certains comme Gabriel, un des ramasseurs de pots de la rue pavée, pour aller vite a fait de ce travail une affaire de famille : sa femme aussi bien que deux de ses enfants viennent tous les jours l’aider après l’école et les ménages. Jackson de son coté, est aidé de sa récente jeune femme. Il avoue avoir besoin de deux semaines pour réunir 400 livres de pots non traités. Un autre jour de travail ardu des jeunes gens sera nécessaire pour compléter tout le processus. Les industries de transformation achètent la livre aux ramasseurs pour la modique somme de 4 gourdes. En regard du temps de travail investi au ramassage et au traitement des bouteilles, c’est moins que le salaire minimun, ai-je dit à celui qui s’est marié un mois plutôt. Il me répond que : « Moins est toujours mieux que rien ».

2,629

Also by Pierre Michel JEAN —

VISUAL STORY

Portraits

By Pierre Michel JEAN
VISUAL STORY

My work in the medias

By Pierre Michel JEAN
VISUAL STORY

C-19 work in progress

By Pierre Michel JEAN — The Covid-19 pandemic, which had been plaguing the world ever since January, reached Haiti at the end of..
VISUAL STORY

Photo documentary project (Book in process)

By Pierre Michel JEAN — E n juin 2015, alors que beaucoup le croyaient enseveli, le spectre du massacre de «Perejil»..
VISUAL STORY

Quand un tigre visite Haiti

By Pierre Michel JEAN — L’écrivain Wole Soyinka, 83 ans, prix Nobel de littérature de 1986, premier Noir et Africain à recevoir..
VISUAL STORY

Saut d'eau, cascade du bonheur

By Pierre Michel JEAN — Pilgrimage at Saut d'eau Happiness city during the patronal feast of Notre Dame Lady de Mont Carmel.
VISUAL STORY

CORPORATES

By Pierre Michel JEAN
VISUAL STORY

the haitians streets

By Pierre Michel JEAN
VISUAL STORY

Voodoo dress

By Pierre Michel JEAN — Voodoo dress
VISUAL STORY

Transit: On the way to USA

By Pierre Michel JEAN / São Paulo — Synopsis Work and lacking growth for two years in Brazil and immigrants are the first affected by the..
VISUAL STORY

The remains of a human moult

By Pierre Michel JEAN — Thousands of Haitian immigrants in an irregular situation in the Dominican Republic were forced to return to..
VISUAL STORY

Deported life

By Pierre Michel JEAN — Sur les pas de Gabriel Gabriel Charité et sa famille ont fui la République dominicaine en juin 2015 par..
Join us
for more access